Fermeture 1er décembre
Suivez-nous sur Twitter
Teleformations
Identifiant
Mot de passe

Actualités

a  a  A 

Chercher un traducteur
Ok

Ou recherche : guidée avancée


Rechercher sur le site




Prix Pierre-François Caillé de la traduction : six finalistes, et bientôt un lauréat
le 10-11-2016
par Comité Directeur

Décerné depuis 1981 par la Société française des traducteurs (SFT) avec le concours de l’École supérieure d’interprètes et de traducteurs (ESIT), le prix Pierre-François Caillé de la traduction récompense chaque année un traducteur qui débute dans l’édition (maximum trois ouvrages traduits et publiés). En 2016, les éditeurs étaient invités à proposer des œuvres littéraires de fiction ou de non‑fiction (y compris des ouvrages de vulgarisation scientifique et technique ou encore de poésie, théâtre et même de bande dessinée).

 

Après délibération, le jury présidé par Débora Farji-Haguet et composé de quatorze traducteurs professionnels dont Björn Bratteby, président de la SFT, vient de choisir le lauréat 2016 du prix Caillé. Cette année, les finalistes sont au nombre de six, pour leur traduction de quatre ouvrages de fiction et deux ouvrages de non-fiction, publiés par des grands groupes d’édition mais aussi des maisons indépendantes, dont un éditeur suisse :

 

  • Mathilde Bach, traduction de l'anglais (États-Unis) d’Aucun homme ni dieu de William Giraldi, aux éditions Autrement ;
  • Hélène Cohen, traduction de l'anglais (États-Unis) de Dix jours dans un asile, un reportage de Nellie Bly, aux éditions du sous-sol/Seuil ;
  • Lionel Felchlin, traduction de l’allemand (Suisse) de La Poste du Gothard ou les états d’âme d’une nation, de Peter von Matt, aux éditions Zoé (éditeur suisse) ;
  • Romane Lafore, traduction de l’italien de Sur la pointe des pieds de Luca Rastello, aux éditions de la Table Ronde ;
  • Tatjana Marwinski, traduction de l'allemand (Suisse) de Le printemps des barbares de Jonas Lüscher, aux éditions Autrement ;
  • Lucie Modde, traduction du chinois de Tout ça va changer, de Lao Ma, aux éditions Philippe Picquier.

 

 

Le prix, doté de 3 000 euros, sera remis au traducteur lauréat dont le nom sera dévoilé le 2 décembre prochain, à l’occasion d’une soirée spéciale de la SFT, réunissant traducteurs, éditeurs, acteurs de nos métiers et partenaires.

 

Les adhérents de la SFT désireux d’y assister peuvent s’inscrire dès à présent et jusqu’au 22 novembre sur notre site : espace Formations > Programme de formations > Soirée de la SFT 2016.

 

Évènement gratuit, sur invitation. Inscription obligatoire.

 

Lieu et horaire de la soirée :

Institut Cervantès,

7 rue Quentin-Bauchart

75008 Paris

Vendredi 2 décembre, à partir de 19 h (inscription obligatoire)

 

 

À propos de la SFT

Créée en 1947, la Société française des traducteurs (SFT) est un syndicat professionnel qui défend les intérêts des traducteurs et interprètes et promeut les métiers de la traduction. Forte de plus de 1 500 membres, la SFT représente les nombreux visages du secteur en France : indépendants, salariés, experts judiciaires, interprètes de conférence, traducteurs techniques ou littéraires, enseignants et étudiants… Le syndicat est aujourd’hui le premier groupement de professionnels du secteur en France. Interface naturelle entre les traducteurs et les interprètes, les donneurs d’ordre et les pouvoirs publics, la SFT est membre fondateur de la Fédération internationale des traducteurs (FIT) et membre de l’Union nationale des professions libérales (UNAPL). La SFT entretient également des liens étroits avec plusieurs partenaires institutionnels, comme avec les écoles et universités qui forment les traducteurs de demain. www.sft.fr

 

 

Pour nous contacter : presse@sft.fr




Contactez-nous - Liens - Plan du site - Mentions légales - Crédits : Synodia

Ayez le réflexe SFT, le syndicat professionnel des métiers de la traduction
Annuaire des traducteurs et interprètes – Formation continue – Conseil et accompagnement