Fermeture 07/12/2018
Election comité directeur
Renouvellement 2019
Datadock
Suivez-nous sur Twitter
Teleformations
Identifiant
Mot de passe

Actualités

a  a  A 

Chercher un traducteur
Ok

Ou recherche : guidée avancée


Rechercher sur le site




SFT – Prix Caillé 2018 – Deux finalistes traduits de l’allemand
le 16-11-2018
par Jury Du Prix Pierre-françois Caillé

Prix Pierre-François Caillé de la traduction 2018

Deux finalistes traduits de l’allemand : de la dure réalité à la fable fantastique

 

Des Éléphants dans le jardin de Meral Kureyshi, traduit de l’allemand par Benjamin Pécoud, Éditions de l’Aire

 

Entre autobiographie et fiction, Des Éléphants dans le jardin raconte l’histoire d’une jeune fille – et de sa famille – réfugiée en Suisse après avoir fui le Kosovo. Une demande d’asile qui prendra 13 ans, avec son lot de doutes, de violences et de frustrations.

 

« Le récit de cette toute jeune auteure est bouleversant ! Ce succès de librairie a d’ailleurs été nommé pour le Prix suisse du livre en 2015 », nous précise Sandrine Détienne, membre du jury. « Le traducteur, Benjamin Pécoud, également très jeune, a su transmettre toute la sensibilité et la poésie du texte original, témoignage d’affection que la narratrice adresse à son père décédé. À fleur de peau, le récit oscille entre passé et présent, entre le registre de langue d’une enfant qui ne comprend pas tous les évènements qu’elle traverse et celui de l’adulte désabusée. » La traduction nous plonge dans la quête identitaire de cette jeune fille rejetée par son pays d’accueil, et étrangère aux traditions de son pays d’origine. C’est l’écriture qui la sauvera. Même si la narratrice – ou l’auteur – déclare ne pas aimer l’allemand qui, tout en étant sa langue maternelle, n’est pas la langue de sa mère… Selon Sandrine Détienne, « cette question de la langue et de la culture fait plus que jamais écho à notre travail de traducteur ! »

 

Le Buson de Peter Bichsel, traduit de l’allemand par Alexandre Pateau, Éditions d’En-Bas

 

Le Buson est un recueil de huit nouvelles atypiques relevant d’un univers fantastique et inquiétant. Difficilement résumables, elles sont qualifiées de fables par l’éditeur – les Éditions d’En-Bas – qui peut être salué ici pour la citation du nom du traducteur en première de couverture.

 

Selon Bernhard Lorenz, membre du jury, « ce petit livre ouvre parfois des interstices d’une profondeur abyssale. En effet, Peter Bichsel y manie la plume au point de nous faire douter de la " réalité narrée ". Pour le lecteur – et pour le traducteur, à n’en pas douter – cela soulève des questionnements et une poussière de doutes quasi kafkaïens. » Alexandre Pateau a dû rendre cet art du conte et l’oralité de la langue qui lui est associée. Sa traduction se devait de conserver ce style propre à Bichsel, ainsi que la bizarrerie du récit. Et ce, dans huit nouvelles différentes. Une prouesse de traducteur !

 

 

Pour savoir si l'un de ces traducteurs sera le lauréat de l’édition 2018 du prix, rendez-vous le 7 décembre prochain.

 

Consultez le site dédié au prix pour tout connaître sur le prix Pierre-François Caillé de la traduction, découvrir les membres du jury présidé par Philip Minns, ainsi que la sélection complète de l’année 2018 : Sélection 2018 du Prix Pierre-François Caillé de la traduction.

 

www.prixcaille.fr




Contactez-nous - Liens - Plan du site - Mentions légales - Crédits : Synodia

Ayez le réflexe SFT, le syndicat professionnel des métiers de la traduction
Annuaire des traducteurs et interprètes – Formation continue – Conseil et accompagnement