Contenu de la page
Contenu

Graham macLachlan, homme de liens

Image
Portrait de Graham macLachlan

Dire de lui qu’il est un passionné de patrimoine maritime serait un euphémisme… Membre de la Guilde internationale des faiseurs de nœuds et auteur de trois ouvrages techniques sur le sujet, Graham collabore depuis près de 25 ans avec le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines du ministère de la Culture (DRASSM). Navigateur aguerri ayant notamment passé plusieurs années sur le célèbre brick Maria Asumpta, il a tiré plusieurs bords avant de s’amarrer au Conseil général de la Manche pour travailler au musée de l’île Tatihou. C’est là qu’il goûte la traduction de catalogues et d’expositions vers l’anglais sa langue natale, ainsi qu’un ouvrage sur la goélette d’exploration scientifique Tara.

Et c’est le coup de foudre. Il entame alors à Rennes une formation continue de traducteur généraliste et à son installation en libéral en 2004, c’est bien l’univers marin, chantiers navals, musées, archéologie et tourisme, qui va le harponner, sans négliger des plaisirs littéraires comme La Main coupée, de Blaise Cendrars, pour un éditeur breton. « J’avais d’emblée une spécialisation à mettre en avant auprès des clients. Une expérience dans un domaine précis oriente le traducteur qui a alors moins de difficulté à trouver du travail qui lui plaît. »

Graham macLachlan, qui en 2015 à l’âge de 46 ans, quitte la présidence de la SFT après trois ans de mandat et six passés au Comité directeur, n’est pas un loup solitaire, mais un homme de contacts. Sa présidence fut axée sur les actions de communication : brochures et guides revus et traduits en plusieurs langues, refonte du bulletin d’information Tradzine, incursion du syndicat sur les réseaux sociaux, lancement du futur site internet, réseautage… Un travail constant d’adaptation du syndicat à la société de communication moderne, afin d’assurer son rôle premier d’information aux traducteurs sur le cadre et l’exercice de la profession. « J’ai vu tout l’intérêt de ce travail en amont. Il a permis de renforcer le rôle du syndicat comme interlocuteur des pouvoirs publics et de mieux fédérer les traducteurs adhérents. Mais j’ai eu la chance de côtoyer des membres du Comité très motivés, créatifs, travailleurs et compétents ! » Well done, Sir !

Portrait rédigé par Frédéric Rideau à partir de propos recueillis par Franck Jourdain en mars 2016

Inscrivez-vous à notre infolettre pour suivre l’actualité des métiers de la traduction et de l’interprétation.