Histoire de la traduction

Chapô
L’art de traduire est millénaire. Fondement de l’échange entre cultures, il fut nécessaire partout dans ce vaste monde dès que les hommes, d’où qu’ils viennent, ont commencé à se rencontrer, pour peu qu’ils aillent chercher plus loin leur pitance, une herbe plus verte...
Contenu de la page
Contenu

Cependant, c’est bien à propos de l’écriture et non de la parole que l’on trouve les premières traces de traductions. Nul besoin d’attendre l’alphabet des Phéniciens inventé vers 1400 avant J.-C., et que les Grecs reprendont à leur compte seulement cinq siècles plus tard, pour comprendre combien le développement des premières civilisations, dans la vallée du Nil, entre le Tigre et l’Euphrate, sur les rives fertiles de l’Indus ou du fleuve Jaune, a engendré en besoin de consignation par l’écrit, notamment pour l’administration, civile ou militaire, ou la simple comptabilité.

Sous-titre
Parcourez l'histoire de la traduction sur les trois pages ci-dessous :
Paragraph
De 3000 av. J.-C. au Ier siècle
Du IVe au XIXe siècle
Du XXe siècle à nos jours
Contenu

Revues

Pour aller plus loin, consultez également les revues suivantes pour d'autres articles sur la traduction et son histoire :

  • Traduire, Société française des traducteurs
  • Babel, Fédération internationale des traducteurs
  • Palimpsestes, Presses de la Sorbonne Nouvelle
  • Meta, Presses de l’université de Montréal
  • Érudit, Universités de Montréal, Laval et Uquam

Inscrivez-vous à notre infolettre pour suivre l’actualité des métiers de la traduction et de l’interprétation.