Contenu de la page
Contenu

Wanda Ruiz-Brunelot, le goût des autres

Image
Portrait de Wanda Ruiz-Brunelot

Ses racines portoricaines, sa double nationalité franco-américaine, des études poussées en administration des entreprises, tout la destinait au commerce international. Raté ! Voilà près de 50 ans que, arrivée en France, Wanda est tombée dans la traduction et l’interprétation, du français vers l’anglais ou l’espagnol. Elle a aussi enseigné l’anglais technique, l’espagnol commercial et est expert près la cour d’appel de Bordeaux.

Sa vision du monde est large et engagée, comme doit l’être celle du bénévole syndicaliste. Elle s’est battue pour la SFT afin de préciser et valoriser le statut des ETI (Experts traducteurs/traductrices – interprètes, collaborateurs occasionnels de la justice), observe avec intérêt toute initiative qui, de Vienne à Brisbane, peut renforcer l’action et la visibilité de sa profession. Membre de la commission Interprètes depuis son origine, elle a également bataillé pour le Code de déontologie dont tous les interprètes membres de la SFT sont signataires.

Au Comité directeur de la SFT depuis 2016 et à FIT Europe depuis 2017, en fin de carrière, Wanda caresse enfin l’envie de se lancer dans une secrète passion, artistique et créative. Mais elle retournera aussi bientôt à un autre bénévolat qui l’anime depuis 30 ans, pour ATD Quart Monde. En somme, toute une vie tournée vers les autres, au bénéfice des générations futures.

Portrait rédigé par Frédéric Rideau à partir de propos recueillis par Franck Jourdain en octobre 2019

Inscrivez-vous à notre infolettre pour suivre l’actualité des métiers de la traduction et de l’interprétation.